Kim Jong-Un oblige son peuple de donner leurs chiens à des restaurants pour qu’ils soient mangés

Vers la fin du mois de Juillet, les Nord-coréens ont reçu l’ordre de leur dirigeant
suprême, Kim Jong-Un, d’abandonner immédiatement leurs animaux de compagnie
et de les déposer dans des zoos gérés par l’Etat.La nouvelle a inquiété les propriétaires d’animaux domestique qui se sont retrouvés
dans l’obligation de sacrifier leurs meilleurs amis auxquels ils tiennent tant.
Selon une source au journal sud-coréen Chosun Ilbo : «  Les autorités ont identifié
certains ménages avec des chiens domestiques et les forcent à les abandonner.
Sinon, ils les confisquent de force pour les abattre. Certains animaux sont envoyés
dans des zoos gérés par l’État ou vendus à des restaurants de viande de chien. Les
gens ordinaires élèvent des porcs et du bétail sur leurs porches, mais les hauts
fonctionnaires et les gens riches ont des chiens de compagnie, ce qui a attisé un
mauvais sentiment parmi les classes inférieures. »
Pour justifier sa décision cruelle envers ces pauvres canins, le dictateur Kim Jong-Un
a expliqué que les animaux domestiques représentent une forme de « décadence
occidentale » et le symbole d’une « tendance corrompue de l’idéologie bourgeoise ».
Une raison peu crédible pour que l’Etat de la Corée du Nord puisse récupérer les
chiens et les vendre à des restaurants afin de pouvoir résoudre le problème de la
pénurie alimentaire générale dont souffre 60% de la population Sud Coréenne suite
aux sanctions internationales qui ont été imposées contre le régime de Kim Jong-Un
et ses programmes de missiles nucléaires.