free website hit counter

La reine de la nuit : une Africaine à la cоuleur de peau rare est devenue une mannequin pоpulaire

Page 1 sur 1

Dans le monde de la mode, où les standards de beauté peuvent parfois sembler étroits, Nyakim Gatwech se démarque par son physique unique et son parcours inspirant. Avec sa peau d’un noir profond et lumineux, cette jeune femme originaire du Soudan du Sud a su s’imposer comme un mannequin à succès, tout en portant un message fort d’acceptation de soi. Retour sur le chemin peu conventionnel qui l’a menée des camps de réfugiés d’Afrique jusqu’aux prestigieux studios photo des États-Unis.

Nyakim Gatwech a vu le jour en 1993 au Soudan du Sud, un pays alors en proie à de violents conflits. Pour fuir la guerre, sa famille trouve d’abord refuge dans un camp en Éthiopie, avant de rejoindre le Kenya. Malgré les difficultés de l’exil, la petite fille ne souffre pas encore de sa différence. C’est en arrivant aux États-Unis, dans la ville de Minneapolis, que tout bascule.

Dans ce nouveau pays, sa peau d’ébène détonne et suscite les moqueries de ses camarades. Isolée et recluse, l’adolescente vit douloureusement ce rejet. “Je ne pensais pas que ma couleur de peau était un problème jusqu’à ce que je déménage en Amérique. Tout le monde m’a regardé et a ri”, confie-t-elle. Son mal-être est tel qu’elle envisage un temps d’éclaircir sa peau, comme l’a fait sa sœur aînée, avant que celle-ci ne l’en dissuade, regrettant son propre choix.

Pourtant, peu à peu, Nyakim réalise que ce qui la distingue tant pourrait bien être son plus grand atout. Sur son blog, elle s’adresse aux autres jeunes filles noires qui traversent les mêmes épreuves : “Tu es très belle, même si ta peau est plus foncée que tout le monde dans ton environnement, sache-le et n’écoute pas l’opinion de quelqu’un d’autre. […] La douceur d’une cerise dépend de sa couleur !”

C’est finalement grâce à une amie que Nyakim Gatwech fait ses premiers pas de mannequin. Invitée à défiler pour présenter la collection de celle-ci, la jeune femme se prend au jeu. Elle découvre alors un milieu où sa différence, loin d’être un obstacle, suscite l’intérêt et l’admiration. Dès lors, un nouvel horizon s’ouvre à elle : et si cette singularité qu’elle a tant cherché à fuir devenait le tremplin vers son accomplissement ?

Motivée par cette première expérience de mannequinat, Nyakim Gatwech se lance à corps perdu dans la construction de son portfolio. Pendant deux années, elle travaille sans relâche pour créer un book à la hauteur de ses ambitions. Repérée par des dénicheurs de talents, elle se voit proposer des collaborations avec de grandes marques.

En 2017, la consécration arrive : elle signe un contrat avec Fashion Nova, une marque de vêtements pour femmes mondialement connue. Cette même année, alors qu’elle est diplômée du Minneapolis Community College, elle choisit de se consacrer pleinement à sa carrière de mannequin. Les couvertures de magazines prestigieux comme Vogue, Mefeater, Annabelle ou L’Oréal Paris s’enchaînent, de même que sa participation à une séance photo pour Calvin Klein. Le succès est au rendez-vous.

Sur les réseaux sociaux, où elle est suivie par plus de 970 000 abonnés, Nyakim Gatwech devient une véritable icône, surnommée la “Reine des ténèbres”. Loin de la rebuter, ce qualificatif est pour elle un nouveau moyen d’afficher sa différence avec fierté : “Les couleurs sombres ne sont pas seulement la tristesse, le chagrin et la mort. Je suis la «reine des ténèbres» et j’apporte de la lumière et de l’amour à ceux qui m’entourent”.

Son plus grand combat reste d’aider les autres jeunes filles noires à s’accepter et à s’aimer telles qu’elles sont. “Personne ne t’aimera comme tu devrais t’aimer. Je veux enseigner cela aux jeunes filles”, martèle-t-elle. Quand un chauffeur de taxi lui suggère d’éclaircir sa peau, elle décline en riant, expliquant qu’elle ne cherche pas la facilité. Sa force et son assurance sont un modèle pour des milliers de femmes.

Malgré le chemin parcouru, Nyakim Gatwech n’oublie pas d’où elle vient. Dans ses photos, elle arbore fièrement les tenues traditionnelles de son peuple, témoignant de son attachement à ses racines. Pour elle, la beauté n’a pas de couleur ni de nationalité. Elle transcende les identités pour toucher à l’universel.

“Ma peau est la bénédiction de Dieu. Je refuse d’être traitée de femme noire. De plus, je ne vois aucun problème à cela pour atteindre mes objectifs. Il est très important de s’accepter tel que l’on est”, déclare-t-elle avec sérénité. Une philosophie qui force le respect et l’admiration.

Le parcours de Nyakim Gatwech est un véritable conte de fées des temps modernes. Partie de rien, cette enfant de réfugiés, longtemps moquée et rejetée, a su transformer sa différence en force pour devenir un top model international. Mais au-delà de cette success story, c’est le message porté par la jeune femme qui marque les esprits.

Par son assurance et son acceptation d’elle-même, Nyakim est un modèle inspirant pour de nombreuses jeunes filles qui cherchent leur place. Elle leur prouve que la beauté n’a pas qu’un seul visage et que s’assumer telle que l’on est, c’est le premier pas vers le bonheur et la réussite. Une leçon de vie qui vaut de l’or.


Page 1 sur 1

Leave a Comment