free website hit counter

Viols en série à Grenoble : un suspect a été interpellé

Page 1 sur 1

Une affaire sordide secoue la ville de Grenoble depuis plusieurs semaines : un homme, surnommé le “violeur à la trottinette”, est suspecté d’avoir commis plusieurs viols et agressions sexuelles dans les rues de la ville et ses alentours, semant la peur parmi les habitantes. Après des semaines d’enquête, un suspect a finalement été interpellé ce samedi 6 avril 2024, selon les informations communiquées par le procureur de la République de Grenoble, Éric Vaillant, à nos confrères de Franceinfo.

Le cauchemar commence le 8 février 2024, lorsqu’une première agression est signalée à Saint-Martin-le-Vinoux. S’ensuivent alors plusieurs semaines d’angoisse pour les Grenobloises, avec des agressions répétées jusqu’au 16 mars 2024, date à laquelle un viol est commis à Saint-Martin-d’Hères. Devant la gravité des faits et la multiplication des victimes, le parquet de Grenoble décide d’ouvrir une information judiciaire le 29 mars 2024, afin de coordonner les efforts pour retrouver l’agresseur. Grâce à un travail acharné des enquêteurs, un suspect est finalement interpellé le 6 avril 2024, suscitant un certain soulagement parmi la population.

Lors d’un communiqué de presse diffusé le 26 mars 2024, les enquêteurs avaient dressé un portrait-robot du suspect, décrit comme un homme “âgé de 20 ans environ, de type européen, sans accent, mesurant près d’1,70 m pour une corpulence normale à légèrement replète”. L’individu, aux “yeux marron, teint pâle et cheveux plutôt roux”, sévissait vêtu de noir et se déplaçait à l’aide d’une trottinette de la même couleur, lui permettant de suivre discrètement ses victimes avant de passer à l’acte.

D’après les informations communiquées par le procureur Éric Vaillant, les victimes du “violeur à la trottinette” sont toutes des femmes âgées de 20 à 27 ans, agressées alors qu’elles rentraient chez elles, dans le centre-ville de Grenoble ou dans des communes avoisinantes. Les faits qui lui sont reprochés sont d’une extrême gravité : deux viols, dont l’un commis à Grenoble le 11 mars 2024 et l’autre à Saint-Martin-d’Hères le 16 mars, ainsi qu’une tentative de viol le même jour. L’homme est également poursuivi pour une agression sexuelle avec arme, probablement un couteau, perpétrée à Grenoble le 17 février 2024, ainsi que pour des faits de violences et une tentative d’extorsion commis à Saint-Martin-le-Vinoux le 8 février 2024.

Les enquêteurs du service local de police judiciaire ont pu établir le mode opératoire du “violeur à la trottinette”. Vêtu de noir de la tête aux pieds, il suivait ses victimes à la tombée de la nuit, se déplaçant à l’aide d’une trottinette elle aussi de couleur noire. Cette méthode lui permettait de passer inaperçu et de surprendre ses victimes, qu’il agressait violemment avant de prendre la fuite. Un mode opératoire rodé et particulièrement effrayant, qui a suscité une vive émotion parmi la population grenobloise.

Face à la gravité des faits et à la multiplication des agressions, les forces de l’ordre ont déployé d’importants moyens pour tenter de retrouver le “violeur à la trottinette”. Les enquêteurs ont travaillé sans relâche, multipliant les investigations et les auditions de témoins. Le signalement de l’agresseur a été largement diffusé, notamment via des communiqués de presse, afin de recueillir un maximum d’informations. Cette mobilisation a porté ses fruits, puisque les policiers ont pu recueillir plusieurs dizaines de témoignages, contribuant ainsi à l’identification et à l’interpellation du suspect.

L’interpellation du suspect dans l’affaire du “violeur à la trottinette” a suscité de nombreuses réactions, notamment de la part des autorités. Le procureur de la République de Grenoble, Éric Vaillant, a salué “l’important et patient travail des nombreux policiers mobilisés dans la recherche du violeur”, qui a finalement “payé”. Les enquêteurs du service local de police judiciaire, qui ont travaillé sans relâche sur cette affaire, ont exprimé leur soulagement et leur satisfaction d’avoir pu mettre fin aux agissements de cet individu particulièrement dangereux.

L’interpellation du suspect dans l’affaire du “violeur à la trottinette” marque une étape importante dans ce dossier qui a tenu en haleine la ville de Grenoble pendant plusieurs semaines. Si le soulagement est palpable parmi la population et les autorités, il convient toutefois de rester prudent, le suspect devant encore être confronté aux preuves recueillies par les enquêteurs et jugé pour les faits qui lui sont reprochés. Nul doute que ce procès, très attendu, sera suivi avec attention par les Grenobloises et les Grenoblois, marqués par cette affaire qui a profondément choqué la ville. En attendant, les habitants peuvent reprendre le cours de leur vie, débarrassés de la menace qui pesait sur eux depuis plusieurs semaines.


Page 1 sur 1

Leave a Comment