free website hit counter
Actualité

Interdiction de transporter du matériel musical, dans le Morbihan !

Le 29 septembre, en raison du renforcement des mesures sanitaire pour faire face à la propagation de la pandémie de la Covid-19, le préfet du Morbihan a publié un arrêté préfectoral qui stipule que « sont interdits, à compter du 29 septembre, et jusqu’au 13 octobre, la tenue de rassemblements festifs à caractère musical et la circulation des véhicules transportant du matériel, susceptible d’être utilisé pour une manifestation festive à caractère musical, répondant à l’ensemble des caractéristiques énoncées à l’article R.211-2 du code de la sécurité intérieure ».

Comme tous les musiciens, Gael Lefévère, musicien professionnel, fut choqué par une telle décision. « J’ai d’abord vu l’arrêté sur les réseaux sociaux. J’ai cru que c’était une blague. Je suis allé vérifier sur le site de la préfecture. Et ça n’en était pas une. C’est complètement fou ! Ça veut dire qu’on ne peut plus transporter nos instruments de musique ? C’est incompréhensible. Comment dès lors répéter ? », s’indigne-t-il.

Youen Paranthoen, accordéoniste, était également perplexe. « On se trimballe toujours avec nos instruments. Ce lundi, je dois aller répéter. Je vais circuler avec mon accordéon. Je peux être verbalisé ? », se demande-t-il.

Après l’annulation de certains concerts, le comédien et metteur en scène de la compagnie Mouton Major, Yves Marie-Texier, qui travaille d’ailleurs avec de nombreux musiciens, ne décolère pas. « Comment interpréter cet arrêté ? On ne peut plus circuler avec des instruments de musique. Les copains qui vont venir répéter, on va prendre leur matériel ? On va leur donner une amende ? C’est complètement fou. On touche à des libertés fondamentales. C’est complètement liberticide. On nous dit que c’est pour les teufeurs. Mais l’arrêté est flou et ça peut être au libre arbitre du gendarme. », s’est révolté.

Face à tout ce bruit, la préfecture a précisé : « Le transport de matériel est interdit pour des manifestations qui font l’objet de diffusion de musique amplifiée dans des lieux non aménagés pour ce type de manifestation. Ces manifestations avec rassemblement de personnes qui, dans la plupart des cas, doivent être déclarées, ne le sont pas. La protection du public ne peut donc être garantie ».

Face à ce problème dont la solution est pour l’instant introuvable, plusieurs acteurs du monde la musique comptent organiser une action devant la préfecture.

Continue la lecture sur la page suivante

Leave a Comment